Historique de la municipalité

La paroisse Sainte-Anne-de-Sorel date de 1876 et son église a été construite sur la période de 1878 à 1879 selon les plans de l’architecte Louis-Zéphirin Gauthier, par messieurs Pierre Thibus Cantara, maçon et entrepreneur, et Jean Phialcofsky, charpentier. L’église sera en pierres et mesurera 110 pieds de longueur et 54 pieds de largeur. Un an plus tard, on construisit le presbytère.

La première messe y sera célébrée le 9 mars 1879. Le 9 juillet suivant, on procède à la bénédiction de l’église, du cimetière et des trois statues; une de Sainte-Anne, située dans la niche du portail de l’église, et une de Sainte-Anne et de Saint-Joseph situées à l’intérieur. À l’été de l’année 1881, c’est la bénédiction de la première cloche sous les noms de Marie, Anne, Émilie, Xavérine Esther, Virginie. L’année suivante, la maison L.&N. Pratte fait don d’un orgue à l’église pour essai.

Au printemps de 1890, on procède au parachèvement de l’intérieur de l’église et un premier chemin de croix, don de paroissiens et des entrepreneurs en peinture, MM. Rousseau et Decelles, est installé. Les peintures de la voûte sont exécutées par Marc-Aurèle Suzor-Côté, jeune artiste d’Arthabaska.

M. Olitor Ménard fut celui qui installa la lumière électrique à l’église de Sainte-Anne et dont l’inauguration fut célébrée à l’occasion de la messe de minuit le 25 décembre 1935.

La municipalité de Sainte-Anne-de-Sorel a été fondée le 14 mai 1877 d’après le Code municipal du Québec. Le cadastre est établi le 25 juin 1878. Les premières élections municipales eurent lieu le lundi 13 janvier 1879. Pourtant des familles sont déjà établies sur le territoire à l’époque du régime français. En 1681, nous retrouvons trois lignées importantes de familles pionnières : Paul Hus, Pierre de Salvaye et Jean Lavallée.

(Documentaire, 1959) C’est à Sainte-Anne-de-Sorel que la romancière crée les personnages auxquels, plus tard, elle donne vie dans les nouvelles et les romans qui ont fait son succès. Ce court métrage documentaire nous présente Germaine Guèvremont chez elle, au milieu des personnages les plus célèbres de sa création romanesque.

Germaine Guèvremont, romancière, Pierre Patry, offert par l’Office national du film du Canada

(Documentaire, 1980) Au large de Sorel, la vie quotidienne de Henri Letendre, cultivateur, dernier habitant de l’île de Grâce, et de Déovic Saint-Germain, chasseur de rats musqués, résidant sur l’île d’Embarras, met en lumière les contradictions d’une campagne bousculée par la ville.